Types ou degrés d’autisme infantile

Les troubles du spectre autistique, également connus sous le nom de troubles envahissants du développement, sont un groupe de troubles apparaissant dans la petite enfance et caractérisés par une perturbation marquée dans plusieurs domaines.

Les troubles de l’interaction sociale, de la communication et des centres d’intérêt, du comportement et de l’activité sont courants dans ce groupe. De tous ces troubles, le plus connu est probablement l’autisme infantile, qui touche entre 2 et 5 cas pour 10 000 enfants. Cependant, les manifestations de l’autisme ne sont pas toujours les mêmes ; il existe différents types ou degrés d’autisme infantile.

En ce sens, il est important de souligner qu’il existe différentes classifications de l’autisme infantile au-delà des niveaux de troubles du spectre autistique de l’American Psychiatric Association (APA). En fait, la première classification et l’une des plus connues dans le domaine scientifique a été élaborée par Angel Riviere, sur la base des études de Lorna Wing. Pour réaliser cette classification, les auteurs se sont basés sur la description clinique de 12 domaines de développement et ont identifié les différents types d’autisme infantile en fonction des manifestations des symptômes et de leur intensité.

Degrés d’autisme infantile

Grade 1 : troubles autistiques

C’est le plus profond des troubles du spectre autistique et le plus familier pour la plupart des gens. Il a été décrit en 1941 par Leo Kanner, qui l’a baptisé autisme infantile précoce, ce qui en fait le premier trouble à englober tous les enfants présentant des caractéristiques du spectre autistique, sans distinction de symptômes ou de gravité. Aujourd’hui, elle est connue simplement sous le nom de trouble autistique et inclut les enfants présentant les manifestations les plus profondes.

Lire aussi :   20 énigmes d'animaux pour les enfants

Pour diagnostiquer un enfant atteint d’un trouble autistique de grade 1, il faut que l’enfant n’ait pas développé le langage et qu’il ait tendance à éviter le regard et à s’isoler du monde. Il doit également montrer des mouvements stéréotypés, rares et sans but précis. En outre, il doit montrer une grande incapacité à exprimer ses émotions et maintenir une sphère d’intérêts et d’activités très limitée.

Grade 2. Autisme régressif

Également connu sous le nom de trouble désintégratif infantile, l’autisme régressif est un trouble du spectre autistique qui met un peu plus de temps à apparaître. En effet, les deux premières années de l’enfant se déroulent normalement, mais à un certain stade de son développement, il commence à perdre progressivement les compétences acquises. Ce trouble doit se manifester avant l’âge de 10 ans.

Après cette régression, l’enfant commence à présenter les mêmes symptômes que ceux observés dans les troubles autistiques, mais avec une intensité moindre. Ainsi, l’enfant perd souvent le langage acquis et la capacité de communiquer adéquatement avec les autres enfants et les adultes de son environnement. En outre, des comportements répétitifs, notamment des stéréotypies motrices et des maniérismes, apparaissent souvent, et ils commencent à s’isoler du monde qui les entoure.

3e année. Autisme de haut niveau

Il s’agit du type d’autisme le plus léger car il ne présente généralement pas de symptômes aigus ou profonds, du moins au début du trouble. Contrairement aux deux autres types d’autisme, dans ce cas l’enfant développe un langage apparemment normal, ses processus cognitifs restent également dans la norme et s’il est aidé, il peut même s’inscrire dans une école normale.

Lire aussi :   Attention au syndrome de la princesse

En général, les enfants diagnostiqués avec un autisme de haut niveau se distinguent par une grande capacité de mémorisation ; cependant, ils présentent également une rigidité mentale accentuée avec des idées à la limite de l’obsession et une maladresse motrice aiguë. Ces symptômes indiquent clairement la présence d’un trouble du spectre autistique. En outre, ils présentent souvent une sphère d’intérêts et d’activités réduite, caractérisée par des rituels qu’il est très difficile d’éliminer.

Dans cette classification, Angel Rivière propose une quatrième catégorie, beaucoup plus légère, pour décrire l’ensemble des symptômes que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de syndrome d’Asperger. Cependant, il convient de noter que même si aujourd’hui nous ne travaillons plus avec ces catégories mais avec la classification du fonctionnement décrite dans le DSM 5, la proposition clinique et descriptive faite par l’auteur sur les différents domaines de développement et les dimensions qui affectent le trouble et qui peuvent être utiles pour comprendre le comportement des enfants qui en souffrent est intéressante.