Attention au syndrome de la princesse

Lorsque vous êtes en contact avec votre fille, vous aimez probablement l’appeler « princesse », voir à quel point elle est « girly » et sentir qu’elle est un amour dans votre vie. C’est normal, votre fille est votre trésor et cela ne changera pour rien au monde. Quand elle est entrée dans votre vie, tout était excitation et joie, mais par inadvertance, étant une fille, vous l’avez peut-être protégée un peu plus que d’habitude. Les dangers qui nous guettent aujourd’hui poussent instinctivement les parents à faire du syndrome de la princesse une réalité.

Les hommes qui ont des filles connaissent des changements positifs dans leur vie, plus encore que ceux qui n’ont que des fils (selon une étude de la Harvard Business School). Sans s’en rendre compte, ces pères deviennent plus affectueux, prennent davantage soin de leurs émotions, s’intéressent au monde qui les entoure et vivent plus longtemps. Ils deviennent un pilier indispensable pour leurs filles.

Le syndrome de la princesse

Les parents qui surprotègent leurs filles ne sont pas toujours une bonne chose. Une surprotection excessive des filles les prive de leur autonomie et leur confère une trop grande insécurité. Ils peuvent développer le « syndrome de la princesse ». Ce syndrome consiste à faire croire aux filles qu’elles vivent dans un conte de fées, où il y aura toujours quelqu’un d’autre prêt à résoudre leurs problèmes pour qu’elles n’aient pas à passer par une période difficile. Grosse erreur.

Les filles ne devraient pas être élevées dans une bulle de verre, elles devraient recevoir les outils dont elles ont besoin pour réaliser qu’elles peuvent être les meilleures guerrières de leur vie. Bien sûr, ce n’est pas toujours la faute des parents, car parfois ce sont les filles elles-mêmes qui adoptent les mauvaises idées à cause des médias, des films et même des contes de fées.

Lire aussi :   Comment fabriquer un ballon sensoriel ?

Mais le plus inquiétant est que ce syndrome peut amener les filles à avoir une conception totalement erronée du monde qui les entoure. La réalité n’a rien à voir avec les contes de fées et ils doivent apprendre à se défendre dans ce monde hostile, car s’ils grandissent sans assurance, ils ne réussiront pas dans la vie adulte.

Il est malsain pour les filles de grandir en pensant qu’elles sont le centre de l’univers et que tout le reste est secondaire. De plus, lorsqu’ils atteignent l’adolescence, ils se concentrent trop sur la beauté et les concepts matérialistes, un aspect dangereux pour leur développement. Le sentiment qu’ils doivent être « parfaits » entraîne l’anxiété, la dépression et les troubles du comportement alimentaire.

Surmonter ce syndrome

Il est possible de surmonter ce syndrome, mais il est nécessaire d’agir le plus tôt possible. Dès l’enfance, il faut apprendre aux filles les bonnes valeurs, l’égalité des sexes… Il faut leur apprendre le respect de soi mais aussi des autres, l’empathie, l’autonomie… et surtout, il faut qu’elles réalisent qu’elles n’ont pas toujours besoin de l’aide des autres pour résoudre les choses. Ils peuvent demander de l’aide chaque fois qu’ils en ont besoin, bien sûr, mais avec une bonne formation et de l’expérience, ils seront capables de résoudre les problèmes qu’ils rencontrent dans la vie.

Ils doivent apprendre que la satisfaction vient de l’effort et pas toujours des résultats. Il est important qu’ils sachent que le prince charmant n’existe pas, qu’il n’y a pas d’homme parfait ou de femme parfaite dans la vie réelle. Il est important d’éduquer les filles avec respect et amour inconditionnel, mais en veillant toujours à ce qu’elles soient capables de se débrouiller seules et de vivre leurs propres expériences. Les erreurs qu’ils commettent dans leur vie les aideront à apprendre et à devenir de meilleures versions d’eux-mêmes… ce qui conduira à la réussite personnelle.