Si tu es frappé, frappe plus fort

Il est vrai que nous ne devons pas encourager la violence chez les enfants et que nous devons être un bon exemple pour eux, mais nous devons aussi être cohérents et ne pas permettre que s’ils sont frappés à l’école ou dans le parc, ils laissent faire et ne fassent rien juste parce que « on ne frappe pas ». Si l’on enseigne aux enfants uniquement qu’ils ne doivent pas frapper les autres et que si quelqu’un les blesse, ils doivent le dire à un adulte, que se passe-t-il lorsqu’il n’y a pas d’adulte dans les parages ? Doivent-ils se laisser frapper par les autres simplement parce qu’ils ne peuvent pas se défendre parce qu’ils ne prônent pas la violence ?

Le respect est fondamental dans l’éducation des enfants, et il devrait être enseigné pour éviter la violence chez les enfants et les adultes, mais nous savons tous que les enfants ne sont pas toujours éduqués aux bonnes valeurs, même si vos enfants le sont. Même si nous voulons être respectueux des autres, il y a des moments, dans des situations extrêmes, où nous devons nous défendre.

J’ai donné à ma fille la permission de se défendre si votre fils l’intimide.

Nous sommes tombés sur un article de Scary Mommy, intitulé : « J’ai donné à ma fille la permission de se défendre si votre fils l’intimide ». Bien que le titre soit très direct, il est en fait très juste. L’auteur s’appelle Mandy Castle et est la mère d’une petite fille de 6 ans. Dans ce billet, elle raconte la conversation qu’elle a eue avec sa fille un jour après l’école. L’article est le suivant :

Lire aussi :   En 2022, quel devrait être le salaire d'une baby-sitter ?

« Maman, j’ai été maltraitée aujourd’hui », a-t-elle dit en rentrant de l’école.

« Je n’aime pas ce mot, je pense qu’il est parfois surutilisé et utilisé à tort et à travers, et j’ai du mal à penser que ma petite fille effrontée et très indépendante puisse être victime d’intimidation, alors je l’ai interrogée. Elle a tendance à être dramatique, elle l’a toujours été, et quand nous sommes rentrés à la maison, elle a dit que des enfants la poursuivaient dans la cour de récréation. Je lui ai dit de ne plus jouer avec eux s’ils la dérangeaient, et c’est tout. Nous avons continué notre journée.

Au dîner, elle a remis le sujet sur le tapis et a dit : « Des garçons m’ont harcelée aujourd’hui. » Comme c’était la deuxième fois qu’il en parlait, j’ai approfondi le sujet.

« Dites-moi exactement ce qui s’est passé », ai-je dit. Elle a poursuivi en disant que des enfants la frappaient sur ses fesses dans la cour de récréation et que lorsqu’elle leur a dit d’arrêter, ils l’ont traitée de grosse et se sont moqués d’elle. (…)

La rage a monté en moi, mais j’ai fait abstraction de ces émotions et je lui ai demandé ce qu’elle avait fait ensuite. Elle a dit qu’elle l’a dit à l’enseignant, et que l’enseignant leur a dit d’arrêter, mais ils ne l’ont pas fait. Plus j’écoutais, plus j’étais en colère. Plus j’écoutais, plus elle était en colère. (…)

Nous avons parlé du caractère inapproprié et inacceptable de cette situation, et je l’ai félicitée d’avoir fait ce qu’il fallait en le disant au professeur. Elle a baissé la tête et a dit : « Demain, je vais me cacher à la récréation ». Je l’ai attirée vers moi, j’ai soulevé son menton pour qu’elle puisse me regarder dans les yeux et j’ai dit : « NON. Tu ne laisseras pas deux enfants gâcher le terrain de jeu. Vous ne laisserez pas deux enfants gâcher votre temps libre. Vous ne les laisserez pas vous priver de votre plaisir. Ils enfreignent les règles. S’ils le font demain, vous leur dites : « Ne me touchez pas ». S’ils ne s’arrêtent pas, dites-le à l’enseignant. S’ils continuent à t’embêter, tu te retournes et tu leur piétines les pieds, ou tu leur donnes un coup de pied dans les tibias ou les testicules, et si tu as des problèmes, tu vas dire à ton professeur de m’appeler. »

Lire aussi :   Est-ce une bonne idée de défendre ses enfants contre d'autres enfants ?

Je lui ai expliqué qu’elle risquait de se retrouver dans le bureau du principal et que nous nous en occuperions s’il le fallait, mais j’ai veillé à ce qu’elle sache qu’elle avait la permission de se défendre.

Les enfants apprennent de nous. Il n’est pas inné que lorsqu’une fille dit non, on la traite immédiatement de grosse ou de moche. C’est un comportement appris. Votre travail en tant que mère et père consiste à faire en sorte que vos fils (et vos filles) grandissent mieux. Je peux vous assurer que si je savais que mon fils frappait une fille de la manière dont ces garçons ont touché ma fille, ou s’il parlait à un autre enfant de la manière dont ils le font, il y aurait de sérieuses conséquences dans notre maison. (…) Mais je lui ai appris à respecter tout le monde, toutes les femmes, ses filles, alors s’il dépasse les bornes, je veux le savoir.

Pères, apprenez à vos fils (et à vos filles) qu’ils n’ont pas le droit de toucher qui que ce soit, où que ce soit, (…) que si vous posez vos mains sur elle, vous ne vous en tirerez pas parce qu’elle se défendra de la meilleure façon possible. Et ça peut aller jusqu’à frapper votre fils directement dans les couilles.

Personne n’aime que son enfant soit malmené par ses camarades de classe et bien que l’éthique dise que la violence engendre plus de violence, il est également admis que si votre enfant est frappé en premier, il se défendra en frappant plus fort… Et pour éviter d’avoir recours à cela, éduquons les enfants aux valeurs afin qu’ils apprennent à se respecter et à respecter les autres.