Des filles qui ressemblent à des femmes : comment l’hypersexualisation affecte-t-elle le développement des enfants ?

L’hypersexualisation des enfants est un problème qui s’est généralisé ces dernières années, en partie à cause des agences de publicité et de l’industrie de la mode qui s’attachent à exalter le rôle des garçons dans le monde commercial. Une étude réalisée par The Model Alliance a révélé qu’environ 54,7 % des jeunes femmes mannequins ont commencé lorsqu’elles avaient entre 13 et 16 ans. Plus inquiétant encore, la recherche a également révélé que la majorité des mannequins de moins de 18 ans ne sont souvent pas accompagnés d’un parent ou d’un tuteur lorsqu’ils travaillent.

Cette tendance, ajoutée à d’autres facteurs sociaux, fait que les filles commencent à adopter des attitudes féminines à un âge de plus en plus précoce. En effet, il n’est pas rare aujourd’hui de voir une fillette de 9 ans se maquiller et porter des vêtements d’adolescente ou de jeune adulte pour sortir avec ses camarades de classe le week-end. À cela s’ajoute un comportement hypersexualisé, les filles commençant à sortir avec des garçons à un très jeune âge, postant des photos provocantes sur les médias sociaux et découvrant le monde sexuel avant d’être psychologiquement et physiquement prêtes.

Quelle est la différence entre l’hypersexualisation et la sexualité dans l’enfance ?

La sexualité est une qualité inhérente à la nature humaine qui influence toutes les sphères du développement de l’enfant, de la construction de l’identité sexuelle et des compétences sociales à la formation de la personnalité.

La sexualité commence à se manifester très tôt, vers l’âge de 3 ans, parfois plus tôt, un stade où les enfants commencent à se concentrer sur les modèles paternels et maternels pour imiter les comportements sexués de leurs parents. C’est pourquoi certaines filles jouent à imiter leur mère : elles se maquillent, portent des talons et des vêtements d’adultes.

Lire aussi :   Est-ce bien de punir les enfants qui souffrent d'un TDAH ?

Cependant, lorsque ces comportements cessent d’être un simple jeu et que les filles commencent à soigner leur apparence personnelle intentionnellement pour attirer l’attention de l’autre sexe, qu’elles commencent à montrer des attitudes érotiques ou qu’elles s’intéressent à des vêtements qui ne sont pas appropriés pour leur âge, nous sommes confrontés à un phénomène d’hypersexualisation infantile.

Selon le Parlement européen, l’hypersexualisation des enfants est un type d’approche instrumentale qui se concentre sur l’objectivation du corps, laissant de côté les qualités et les capacités personnelles. En d’autres termes, il s’agit de la sexualisation des expressions, des comportements et des vêtements dès le plus jeune âge. L’hypersexualisation des enfants implique également l’imposition de modèles sexuels adultes à un âge précoce, lorsque les filles ne sont pas prêtes émotionnellement ou physiquement.

Il est évident que l’adoption d’une attitude hypersexualisée pendant l’enfance expose les filles à un risque accru de devenir victimes d’abus sexuels, mais affecte également leur développement psychologique à long terme.

Comment l’hypersexualisation entrave-t-elle le développement de l’enfant ?

  1. Il augmente le risque de troubles alimentaires. L’hypersexualisation pendant l’enfance augmente la probabilité de troubles alimentaires, tels que l’anorexie ou la boulimie, à l’adolescence. En effet, les filles qui grandissent en se focalisant sur leur apparence physique développent souvent une forte obsession à suivre les normes de beauté de la société et finissent par adopter des régimes miracles ou d’autres habitudes qui perturbent leur métabolisme.
  2. Cela nuit à l’estime de soi. Les filles qui ont grandi avec un message hypersexualisé construisent leur estime de soi sur la base de leur image corporelle et commencent à s’estimer en fonction de leur attrait physique et du désir sexuel qu’elles suscitent chez le sexe opposé, en laissant de côté leurs qualités et leurs capacités. À long terme, ils deviendront des jeunes émotionnellement fragiles et vulnérables, facilement frustrés et ayant du mal à se fixer des objectifs importants à long terme.
  3. Il affecte le développement de relations sociales saines. Les filles qui ont été élevées sous l’influence de l’hypersexualisation ont souvent du mal à s’impliquer émotionnellement dans leurs relations interpersonnelles car elles ont tendance à entretenir des relations sociales frivoles, dans lesquelles elles attachent plus d’importance à l’apparence personnelle et au statut social de leurs amis qu’à leurs qualités personnelles. À long terme, ils finiront par se sentir très seuls et incompris.