La vie de Mozart racontée aux enfants

Partager avec les enfants la vie de Mozart, l’un des musiciens les plus influents et les plus remarquables de l’histoire, est un excellent moyen d’améliorer leur connaissance de la culture dès leur plus jeune âge. Mais c’est aussi une bonne occasion de leur transmettre certaines valeurs positives et de leur apprendre l’importance de l’effort et de la persévérance. Chez Etapa Infantil, nous vous racontons la vie de ce célèbre compositeur et pianiste de manière simple et facile à comprendre pour que vous puissiez la partager avec les petits à la maison.

L’enfance d’un génie : les premières années de Mozart

Mozart, dont le nom complet est Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus Mozart, est né le 27 janvier 1756 dans une famille de musiciens à Salzbourg, aujourd’hui en Autriche. Il était le septième enfant d’Anna Maria Mozart et de Leopold Mozart, un compositeur au service de la cour. Dès son plus jeune âge, le jeune Mozart accompagne son père à ses répétitions, et c’est ainsi que naît son intérêt pour la musique. En effet, alors qu’il n’avait que trois ans, il a découvert le piano et a commencé à jouer ses premiers morceaux de musique.

À l’âge de quatre ans, lors d’une répétition musicale de son père, il réussit à jouer du second violon pour la première fois sans l’avoir essayé auparavant. C’est ainsi qu’il apprend à jouer seul du clavecin et du violon, ainsi qu’à lire la musique. Il avait une mémoire prodigieuse pour son âge et une grande capacité à improviser des phrases musicales. À l’âge de cinq ans, Mozart composait déjà des œuvres musicales et ses prestations captivaient l’aristocratie et la royauté européennes.

Son père, conscient des capacités précoces de son fils, abandonne sa carrière musicale pour se consacrer exclusivement à la formation de Mozart. Il lui a d’abord enseigné l’art du violon et du piano, mais remarquant ses incroyables talents de compositeur, il a commencé à lui apprendre à composer également. Ainsi, à l’âge de six ans, Mozart a composé un menuet et un trio avec piano, qui est devenu plus tard le numéro un du catalogue Köchel.

Lire aussi :   Tangram : Pourquoi chaque enfant devrait-il jouer avec un Tangram ?

Peu de temps après, son père se rend compte que Salzbourg n’est pas suffisante pour le développement musical du jeune Mozart et entreprend de faire le tour de l’Europe. Après un premier tour des principales cours impériales d’Europe, où ils visitent Munich, Vienne, Paris, Londres et Amsterdam, ils partent pour l’Italie afin que Mozart puisse apprendre l’art d’écrire des opéras. C’était une époque enrichissante, pleine de concerts et de rencontres avec les grands de l’aristocratie européenne.

Et Mozart, avec une grande soif d’apprendre et conscient de l’énorme opportunité qui se trouvait à ses pieds, a tiré le meilleur parti de toutes ces expériences. À l’âge de huit ans, il avait déjà composé sa première symphonie et, à 12 ans, son premier opéra : « La finta semplice » ou « La fausse ingénue ».

Mozart grandit : la consolidation d’un génie

En 1773, après des années de voyages dans diverses villes européennes, Mozart et son père reviennent finalement à Salzbourg. À son retour, Mozart a commencé à travailler comme concertiste et a exploré un large éventail de genres musicaux, des symphonies, sonates et quatuors à cordes aux sérénades, à la musique sacrée et à quelques opéras mineurs. Quelques années plus tard, il commence à se concentrer sur les concertos pour piano et orchestre, composant un total de 27 concertos, dont le célèbre « Concerto pour piano n° 9, en mi bémol majeur ».

Malgré ses succès musicaux, Mozart ne se sent pas à l’aise dans sa ville natale et décide de prendre son envol. Après être passé par Paris et Munich, il est parti pour Vienne, où sa carrière a pris un nouveau départ. Il s’y produit en tant que pianiste et devient rapidement le meilleur joueur de clavier de Vienne. À cette époque, il s’impose également comme compositeur et achève son opéra « L’enlèvement au sérail », qui devient rapidement son plus grand succès théâtral.

C’est à Vienne que Mozart a rencontré sa future épouse Constanze, avec qui il a eu six enfants. En tant que chanteuse d’opéra, Constanze partageait la passion de Mozart pour la musique. En plus de poursuivre sa carrière de soprano, elle a également soutenu son mari et l’a encouragé à composer. Il s’agit d’une période glorieuse dans la carrière de Mozart, où non seulement il donne libre cours à son inspiration, mais organise également de nombreux concerts et représentations qui lui permettent de mener un train de vie confortable.

Lire aussi :   Histoire pour enfants : Boucle d'or

Après la mort de son père en 1787, Mozart devient le compositeur de chambre de l’empereur Joseph II et, bien qu’il ne gagne pas beaucoup d’argent, le couple et ses enfants continuent de jouir d’une vie confortable. Cependant, après le déclenchement de la guerre austro-turque, une sombre période de besoin économique a commencé, ce qui a conduit Mozart à voyager à travers l’Europe à la recherche de nouvelles opportunités.

Pendant toute cette période, Mozart a continué à composer et a trouvé de l’aide auprès de riches mécènes qui lui ont promis de l’aider. C’est à cette époque qu’il écrit la célèbre cantate « Petite cantate maçonnique KV 623 » et donne l’un de ses derniers concertos, le « Concerto pour piano n° 27 ». Peu après, Mozart tombe gravement malade et, bien que son esprit créatif lui permette de continuer à composer jusqu’à son dernier souffle, il meurt le 5 décembre 1791 à l’âge de 35 ans.

Wolfgang Amadeus Mozart

L’héritage de Mozart

L’œuvre de Mozart a été cataloguée en 1862 par l’écrivain et compositeur Ludwig von Köchel. Le catalogue comprend 626 œuvres musicales codées de 1 à 626, précédées du suffixe KV. Sa production symphonique et instrumentale comprend 41 symphonies, dont « Haffner », « Linz » et « Prague », ainsi que plusieurs concertos, sonates pour piano, musique de chambre et adagios. Son cycle symphonique se termine par une trilogie de chefs-d’œuvre : « n° 39 en mi b majeur », « n° 40 en sol mineur » et « n° 41 en ut majeur ».

Il a également écrit 61 divertimentos, sérénades et marches et 22 opéras, dont le premier grand opéra comique allemand « Les Noces de Figaro », « Don Giovanni » et « La Flûte enchantée ». Il a également composé de la musique religieuse ainsi que de belles chansons et des airs de concert tels que « Popoli di Tessaglia… Io non chiedo, eterni dei KV 316 » et « Vorrei spiegarvi, oh Dio ! KV 418 ».

Lire aussi :   Les fonctions du langage : quelles sont-elles et à quoi servent-elles ?

Mozart pour les enfants, par Carmen Gil

C’est l’histoire d’un génie
qui, au cours du dernier millénaire
a fait briller le soleil avec son do re mi fa sol.

Mozart était un tendre bébé
qui est venu au monde en hiver
et raconte qui était là
qu’au lieu de pleurer, il a chanté.

Alors que les enfants d’à côté
jouaient à être des soldats
avec de petites épées,
il a balancé le bâton.

A l’âge de six ans, le pispajo,
était déjà en train de monter et descendre
en jouant, quelle agitation !
le piano et le violon.

Le succès a été retentissant :
Tout le monde l’applaudissait !
et il a été un casse-pieds
quiconque a entendu son concert.

C’était Amadeus menudo,
très drôle et avec un gros nez,
il apprenait très vite
et tout le faisait rire !

Nannerl traitée de bouffon
l’enfant joyeux et moqueur :
« Ce petit frère m’étonne :
Il se moque même de son ombre ! ».

Comme l’enfant pianiste de concert
il était un plaisantin et un farceur,
il jouait avec son nez :
Jouer il était si heureux !

Ainsi que très agréable,
il était un brillant mathématicien,
un enfant très brillant
avec la mémoire d’un éléphant.

Huit ans,
aussi étrange que cela puisse nous paraître,
Mozart a composé un beau jour
sa première symphonie.

Dans son cocorico
ont dansé des centaines de notes
et les a tous formés
les plus belles mélodies.

J’étais déjà en train de chanter la sérénade
avec ses opéras, ses sonates,
symphonies et quatuors :
C’était un artiste complet !
Après de nombreuses pérégrinations
il est tombé amoureux de Constanza.

Ensemble, ils ont passé leur vie,
pauvre, mais amusant.

Amadeus avec maîtrise
composé nuit et jour,
excellente musique
qui fascinait les gens.

Son existence musicale
a connu une fin sombre,
car il est mort d’une mort étrange
à l’âge de trente-cinq ans.

Mozart, cependant, à sa façon,
n’a jamais vraiment disparu ;
elle est là et remplit tout
lorsque sa musique est jouée.

Sa musique, quel plaisir,
dorlote, enveloppe et caresse,
il se glisse au centre
et chatouille à l’intérieur.