Une grossesse peut-elle survenir avec du liquide pré-séminal ?

Le coitus interruptus est l’une des méthodes de contraception les plus anciennes et les plus utilisées au monde. Il s’agit essentiellement de retirer l’organe masculin du vagin avant l’éjaculation afin d’éviter une grossesse non désirée. Cependant, bien qu’il s’agisse d’une méthode pratique et peu coûteuse, elle n’est efficace qu’à environ 78 % et n’est donc pas très sûre. Dans de nombreux cas d’échec qui se terminent par une grossesse, la cause est liée au liquide pré-séminal.

Qu’est-ce que le liquide pré-séminal ?

Le liquide pré-séminal, également appelé liquide pré-éjaculatoire, liquide de Cowper ou liquide pré-séminal, est une sécrétion visqueuse, liquide et incolore que l’homme expulse de son organe reproducteur quelques instants avant l’éjaculation. Les glandes bulbo-urétrales, communément appelées glandes de Cowper, qui sont situées sous la prostate, sont responsables de la production du liquide pré-séminal, bien que les glandes de Littre soient également connues pour être impliquées dans une moindre mesure.

La quantité de liquide préséminal a tendance à varier d’un homme à l’autre. Certains hommes ne produisent pratiquement pas de liquide pré-éjaculatoire, tandis que d’autres peuvent en produire jusqu’à 5 millilitres. Sa composition est assez similaire à celle du sperme en ce sens qu’il contient certains produits chimiques tels que la phosphatase acide que l’on trouve également dans le liquide séminal, mais il est dépourvu d’autres enzymes et de cellules que l’on trouve dans le sperme, comme les spermatozoïdes.

Lire aussi :   Bain de lait pendant la grossesse

Quelle est la fonction du liquide pré-séminal dans le corps ?

Le liquide pré-séminal est bien plus qu’une simple sécrétion pré-éjaculatoire, il remplit en fait plusieurs fonctions dans l’organisme. L’une d’entre elles consiste à neutraliser l’acidité résiduelle causée par l’urine dans l’urètre, créant ainsi un environnement plus favorable aux spermatozoïdes et surtout à leur survie lors de leur trajet vers le vagin.

En effet, chez l’homme, l’urètre est non seulement le conduit par lequel l’urine passe de la vessie à son expulsion du corps, mais aussi le canal qui permet au sperme de passer des vésicules séminales vers l’extérieur. En d’autres termes, le canal urétral est partagé par les systèmes urinaire et reproducteur.

Le problème est que lorsque l’urine traverse l’urètre, elle l’acidifie, un effet qui peut persister même plusieurs heures après la miction, ce qui n’est pas bénéfique pour les spermatozoïdes qui sont très sensibles aux changements de pH. Dans cette situation, le liquide pré-séminal est chargé de « nettoyer » le conduit des résidus d’urine et de réguler le pH de l’urètre, le préparant ainsi au passage ultérieur des spermatozoïdes qui se dirigent vers le vagin.

Une autre des principales fonctions du liquide pré-séminal est d’agir comme un lubrifiant naturel pendant les rapports sexuels, contribuant ainsi à un lien beaucoup plus agréable pour l’homme et la femme. On sait également qu’elle joue un rôle important dans la coagulation du sperme et qu’elle contribue à éliminer du canal urétral les micro-organismes susceptibles d’affecter la qualité du sperme.

Peut-il y avoir des spermatozoïdes dans le liquide pré-séminal ?

Le liquide pré-séminal lui-même ne contient pas de spermatozoïdes car il n’est pas fabriqué dans les testicules mais dans les glandes de Cowper. Toutefois, une étude menée à l’université de Hull, qui a analysé 40 échantillons de liquide pré-séminal provenant de 27 volontaires masculins, a permis de trouver des spermatozoïdes. Les résultats ont notamment révélé que 41% des échantillons contenaient des spermatozoïdes. Par ailleurs, 37% des échantillons analysés contenaient des spermatozoïdes mobiles et parfaitement viables. Et ces résultats ne sont pas isolés.

Lire aussi :   Quand commencer la rééducation du périnée ?

Une autre étude, menée cette fois à l’hôpital Rajavithi, a analysé des échantillons de liquide pré-séminal provenant de 42 hommes thaïlandais. Cette fois, les chercheurs ont trouvé des spermatozoïdes activement mobiles dans 16,7 % des sécrétions pré-éjaculatoires. Comment expliquer la présence de gamètes mâles si, à l’état naturel, le liquide pré-séminal ne contient aucun spermatozoïde ? Les scientifiques pensent que cela peut être dû à un phénomène assez courant connu sous le nom de « contamination croisée ».

En effet, après l’éjaculation, des traces de sperme restent dans l’urètre pendant un certain temps et, comme le liquide pré-séminal passe par ce canal, il est probable qu’il finisse par « absorber » des spermatozoïdes encore mobiles et parfaitement viables. Évidemment, moins il s’est écoulé de temps depuis la dernière éjaculation, plus il est probable que des spermatozoïdes plus actifs s’accumulent dans le liquide pré-séminal.

Peut-on tomber enceinte avec du liquide pré-séminal ?

L’un des mythes les plus répandus dans la société en général affirme qu’il n’est pas possible de tomber enceinte avec du liquide pré-séminal car, après tout, il ne contient pas de sperme par nature. Cette affirmation est logique, mais si l’on tient compte de la possibilité que le liquide pré-séminal lave les spermatozoïdes qu’il trouve sur son passage, tomber enceinte avec du liquide pré-séminal est difficile, mais pas impossible.

Les chances de tomber enceinte avec du liquide pré-séminal sont faibles, sachant qu’une étude a révélé que seulement 16,7 % du liquide pré-séminal contient des spermatozoïdes mobiles et viables, mais cela peut néanmoins arriver. En fait, on estime que 20 femmes sur 100 qui utilisent le coitus interruptus comme méthode de contraception ont une grossesse non planifiée. Un seul spermatozoïde suffisamment actif pour féconder un ovule est suffisant.

Lire aussi :   Comment habiller un bébé pour aller au lit ?

Comment réduire le risque de grossesse avec du liquide pré-séminal ?

Si vous utilisez le coït interrompu comme méthode de contraception, vous devez savoir qu’il existe un risque de tomber enceinte avec le liquide pré-séminal. Cependant, certains experts recommandent des techniques qui peuvent réduire ce risque, comme le fait de suggérer à l’homme d’uriner avant le rapport, ce qui permet de débarrasser le canal urétral du sperme provenant de l’éjaculation précédente.

Une autre solution consiste à prévoir au moins deux jours d’abstinence, comme l’a corroboré une étude menée à l’Université du Nord. Dans le cadre de cette recherche, les scientifiques ont analysé un échantillon de liquide pré-séminal et séminal provenant de 25 étudiants universitaires. Les spermiogrammes ont révélé un nombre total de spermatozoïdes de plus de 100 millions avec une motilité de plus de 50 %, mais aucune trace de sperme n’a été trouvée dans les échantillons de liquide pré-séminal. En effet, les tests ont été effectués après au moins deux jours d’abstinence éjaculatoire préalable.