Douleur vagin grossesse : quand faut-il s’inquiéter de douleurs vaginales ?

En fin de grossesse, les futures mères peuvent éprouver un large éventail de sensations qu’elles doivent apprendre à interpréter. C’est particulièrement vrai en cas de douleurs vaginales. Que disent-elles ? Faut-il s’inquiéter de ces douleurs ? Vous trouverez divers détails à ce sujet dans cet article.

Le vagin et l’utérus se préparent pour le jour de l’accouchement

Une femme enceinte ressent généralement une lourdeur pelvienne et des douleurs vaginales vers la fin de sa grossesse. Elle peut même ressentir des douleurs de travail. Si elles ne sont pas extrêmes et irrégulières, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ces contractions sont celles qui précèdent l’accouchement, c’est certain.

Ces émotions sont toutes normales. Le corps de la femme est préparé pour le jour J, comme en témoignent ces symptômes. Ils marquent précisément le début du développement du col de l’utérus et de la descente du bébé dans le bassin.

les indicateurs que le travail est sur le point de commencer

Un bébé arrive souvent plus tôt que la date prévue. Par conséquent, il est essentiel de comprendre comment repérer les symptômes du début du travail. Une femme enceinte est susceptible d’être confrontée à divers désagréments à la fin de sa grossesse, notamment :

Une gêne au niveau du dos, une grande lassitude, des nausées, des picotements dans le bas-ventre et de fortes impulsions pour uriner.

Lire aussi :   Tout ce qu'il faut savoir sur le Thalasso Bain Bébé

Le bouchon muqueux peut également être identifié par l’écoulement gélatineux qu’elle peut également détecter. Cette accumulation de glaire cervicale sert de défense de l’utérus contre les infections tout au long de la grossesse. Sous l’influence des contractions qui précèdent l’accouchement, elle est éjectée. Toutefois, aucune des indications susmentionnées ne laisse présager un accouchement imminent. Il n’est pas nécessaire d’attendre pour se rendre à la maternité en cas de rupture de la poche des eaux ou de contractions régulières. Ce sont des indicateurs indéniables que le travail a commencé.

A quoi ressemble une gêne ligamentaire pendant la grossesse ?

Les douleurs ligamentaires peuvent être ressenties tout au long de la grossesse. Pour éviter de les confondre avec les contractions, il est essentiel de savoir à quoi elles ressemblent. Tout d’abord, il faut savoir que la gêne ligamentaire de la femme enceinte est spécifiquement due à l’augmentation de la taille de l’utérus. Les ligaments qui maintiennent cet organe sur les os du bassin sont soumis à une forte pression en raison de ce phénomène.

La douleur des ligaments vers la fin de la grossesse peut restreindre considérablement les mouvements de la future mère. Un resserrement constant dans le bas de l’abdomen est le symptôme prédominant. Elles peuvent occasionnellement être ressenties dans les cuisses et les fesses également. Ces douleurs donnent généralement des picotements ou ressemblent à des piqûres d’aiguille. Elles peuvent toutefois être plus puissantes et ressembler à des décharges électriques ou à des cisaillements. De plus, elles peuvent donner l’impression que le nourrisson s’est enfoncé assez bas. Les douleurs ligamentaires sont sans aucun doute assez irritantes. Aucune d’entre elles n’est une contraction.

Lire aussi :   Comment habiller un bébé pour aller au lit ?

Comment peut-on savoir qu’on a des contractions ?

Pendant une contraction, l’utérus se tend. Le ventre de la femme enceinte se resserre et se durcit lorsqu’elles se produisent. Durée la gêne dans les ligaments est constante, les contractions ne durent que peu de temps. Elles peuvent également se déclarer à tout moment. De leur côté, elles affirment que leurs ligaments sont plus tendus le matin, à la fin de la journée et lorsqu’elles changent de position.

Toutes les 20 à 30 minutes, les premières contractions du travail commencent et ressemblent à des crampes de menstruation ou à une gêne dans le dos. L’intensité de l’agonie augmente progressivement. Elles deviennent également plus longues. Elles sont également de plus en plus rapprochées jusqu’à ce qu’elles se produisent finalement toutes les 3 à 5 minutes.

Quels signes ou symptômes indiquent une fausse couche ?

L’une des pires inquiétudes d’une femme enceinte est la fausse couche. Vous pourriez vivre une grossesse plus sereine en prenant conscience de ses symptômes. Des saignements vaginaux de couleur pourpre clair à foncé, parfois abondants, sont le signe le plus courant d’une fausse couche. Il peut s’accompagner de maux de ventre atroces.

Un autre signe de fausse couche est l’arrêt soudain des signes de grossesse. En particulier, la femme peut ne plus avoir de nausées, de vomissements ou de douleurs dans les seins. La fausse couche peut être suivie de contractions semblables à celles du travail si elle survient après la 12e semaine de grossesse. La grossesse de certaines femmes s’achève spontanément sans qu’aucun symptôme particulier ne se manifeste. Dans ce type de circonstances, la fausse couche n’est découverte que lors d’une échographie ultérieure.

Lire aussi :   Bola de grossesse : comment la lithothérapie peut vous aider pendant votre maternité

Il est important de se rappeler que les saignements prénataux ne signifient pas toujours une fausse couche. Ils ne doivent cependant pas être négligés. Une femme enceinte qui présente des saignements doit consulter immédiatement un médecin.