Les commotions cérébrales chez les enfants

Alors que les enfants reprennent le sport, les coups à la tête peuvent être une véritable source d’inquiétude. Voici ce que vous devez savoir sur les commotions cérébrales chez les enfants, notamment comment les prévenir, comment les traiter et quand votre enfant peut reprendre ses activités normales.

Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale ?

Une commotion cérébrale est un type de traumatisme crânien léger qui survient lorsqu’un coup, une bosse ou une secousse est porté à la tête et que le cerveau se déplace d’avant en arrière avec beaucoup de force. Cela peut entraîner une blessure directe au cerveau. Cela provoque des modifications chimiques qui affectent temporairement le fonctionnement des cellules cérébrales et, dans le cas de blessures plus graves, peut même causer des dommages plus durables au tissu cérébral lui-même.

Les commotions cérébrales sont-elles fréquentes chez les enfants ?

Les commotions cérébrales sont probablement plus fréquentes que nous le savons, car elles passent souvent inaperçues. On estime que, chaque année, plus de trois millions d’enfants subissent une lésion cérébrale traumatique, dont 80 à 90 % sont des TBI légers, ou commotions cérébrales. La plupart de ces TBI légers ne sont pas traités dans un hôpital ou un service d’urgence.

Les causes les plus courantes de commotion cérébrale

  • Les accidents de véhicules à moteur
  • Chutes
  • Accidents de bicyclette
  • Bagarres
  • Coups à la tête dans des sports tels que :
    • le football
    • le hockey sur glace
    • Rugby
    • l’équitation
    • Basket-ball
    • Judo
    • Karaté
    • Boxe

Quels sont les symptômes des commotions cérébrales chez les enfants ?

Les premiers symptômes peuvent être légers ou considérés comme « normaux », mais tout symptôme ou changement de fonctionnement après un choc à la tête est préoccupant. Les symptômes d’une commotion cérébrale peuvent apparaître dès l’impact ou jusqu’à 48 heures après l’incident. Tout symptôme ou changement de fonctionnement après qu’un enfant se soit cogné la tête doit entraîner le retrait immédiat du jeu et une évaluation médicale appropriée par un prestataire de soins de santé qualifié.

Symptômes que vous pouvez observer chez votre enfant s’il a subi une commotion cérébrale

  • Semble étourdi
  • Oublie les jeux ou les activités en cours
  • Il est confus à propos de ce qu’il fait
  • Il n’est pas sûr des événements récents (jeu, score ou adversaire).
  • Se déplace de façon maladroite
  • Répond lentement aux questions
  • Perd conscience
  • Montre des changements de comportement ou de personnalité – irritabilité, plus d’émotions.
  • Ne se souvient pas des événements avant ou après le coup.
  • vomit
Lire aussi :   Bola de grossesse : est-ce dangereux ?

Symptômes que votre enfant peut signaler s’il a subi une commotion cérébrale

  • Maux de tête
  • Nausées
  • Problèmes d’équilibre ou vertiges
  • Vision double ou floue
  • Sensibilité à la lumière ou au bruit
  • Sensation de paresse ou de ralentissement
  • Sensation de brouillard ou de grognement
  • Problèmes de concentration ou de mémoire
  • Confusion
  • Fatigue

Rendez-vous aux urgences si votre enfant présente les symptômes suivants

  • Maux de tête qui s’aggravent
  • Très somnolent, ne peut pas être réveillé
  • Ne peut pas reconnaître les gens ou les lieux
  • Crises d’épilepsie
  • Vomissements répétés
  • Confusion croissante
  • Douleur dans le cou
  • Troubles de l’élocution
  • Changement de comportement inhabituel
  • Irritabilité importante
  • Réactivité moindre que d’habitude

Il peut s’agir de signes d’une lésion cérébrale plus grave, et votre enfant peut avoir besoin d’un traitement à l’hôpital.

Que dois-je faire si je pense que mon enfant a une commotion cérébrale ?

Si vous pensez que votre enfant a subi une commotion cérébrale, emmenez-le chez son pédiatre ou dans un centre de soins d’urgence pour une première évaluation. Comme les symptômes d’une commotion cérébrale peuvent causer des problèmes lorsque l’enfant retourne à l’école, à la maison ou à ses activités communautaires, une identification précoce et un traitement approprié sont essentiels pour une issue sûre.

Comment les commotions cérébrales sont-elles diagnostiquées ?

Pour diagnostiquer une commotion cérébrale, le pédiatre de votre enfant procédera à une évaluation des symptômes de votre enfant, et il pourra lui faire passer des tests de cognition (c’est-à-dire de réflexion), d’équilibre, de réflexes ou de coordination. Le médecin peut également demander un scanner cérébral pour évaluer une lésion cérébrale plus grave, bien que les scanners cérébraux ne soient généralement pas utilisés pour diagnostiquer une commotion cérébrale.

Les résultats des tests sont utilisés pour déterminer les interventions nécessaires, ainsi que pour planifier le retour à l’école, aux sports et aux autres activités physiques. Parfois, les symptômes sont causés par des facteurs non liés à une commotion cérébrale, mais qui peuvent néanmoins nécessiter un traitement. Certains enfants souffrant de commotions cérébrales présentent des symptômes prolongés, qui interfèrent avec leurs activités quotidiennes et sportives. Si les symptômes de votre enfant ne semblent pas s’améliorer ou s’ils provoquent une détresse ou une déficience importante, il est recommandé de consulter un spécialiste des commotions cérébrales et d’obtenir un traitement.

Dois-je garder mon enfant éveillé toute la nuit ou le réveiller régulièrement s’il a été diagnostiqué avec une commotion cérébrale ?

Non, le sommeil n’aggrave pas les lésions cérébrales. En fait, le sommeil est très important pour la récupération. L’énergie du cerveau après une commotion cérébrale est considérablement réduite et il peut y avoir une forte envie de dormir. La recommandation générale est de laisser votre enfant dormir après sa blessure, mais au cours de la première soirée, vous pouvez de temps en temps vérifier ce qu’il fait (en le poussant ou en le poussant doucement) pour vous assurer qu’il vous répond d’une manière ou d’une autre. Vous n’avez pas besoin de le réveiller complètement.

Lire aussi :   L'allaitement favorise t-il la perte de poids ?

Comment traite-t-on une commotion cérébrale ?

Comme toute blessure ou maladie, chaque commotion cérébrale doit être gérée et traitée individuellement. Une évaluation correcte de l’enfant ou de l’adolescent est importante pour déterminer le meilleur traitement pour cette personne. Le plus important est de s’assurer que votre enfant évite toute activité présentant un risque de rechute jusqu’à ce qu’il soit complètement guéri. Souvent, le retour complet aux activités sportives à l’école ou dans les organisations locales nécessite un formulaire d’autorisation médicale signé, conformément aux lois de l’État. Dans un premier temps, le repos et la réduction des efforts excessifs (physiques et mentaux) peuvent être utiles après la blessure, mais il est également important que votre enfant commence à reprendre certaines activités au fil du temps. Votre médecin peut recommander un plan de récupération comme le suivant :

1 à 2 jours après la commotion cérébrale

Détendez-vous à la maison et faites des activités calmes comme parler à la famille et aux amis, lire, dessiner, colorier ou jouer à un jeu calme. Si les symptômes de votre enfant interfèrent avec l’activité, il doit faire une pause et réessayer quelques minutes ou quelques heures plus tard.
Évitez ou réduisez le temps passé devant un écran, car cela peut provoquer des symptômes ou les aggraver.
Prenez beaucoup de repos.
Évitez la caféine.
Si votre médecin le permet, vous pouvez traiter les maux de tête de votre enfant avec de l’acétaminophène ou de l’ibuprofène.

Quelques jours à une semaine après la commotion

Essayez lentement de faire plus d’activités, comme se promener ou regarder la télévision. Si les symptômes interfèrent, faites une pause.
Travaillez avec votre médecin et l’équipe scolaire pour établir un plan de retour à l’école. Votre enfant devra peut-être commencer par une journée plus courte ou une charge de travail plus légère.
Gérez les symptômes en faisant des pauses pendant la journée et dormez bien la nuit.

Lire aussi :   Dépendances aux écrans de vos enfants

Lorsque les symptômes ont presque disparu

Demandez à votre enfant de faire des pauses si ses symptômes de commotion cérébrale s’aggravent.
Reprenez un programme scolaire normal avec des aides si nécessaire.
Encouragez l’enfant à sortir, par exemple en faisant une promenade ou en jouant sur le terrain de jeu sous surveillance et en toute sécurité.
Lorsque les symptômes ont complètement disparu :

Travaillez avec le pédiatre de votre enfant, le spécialiste des commotions cérébrales ou un autre prestataire de soins de santé pour créer un plan clair pour un retour progressif au sport. Ne laissez pas votre enfant reprendre le sport sans l’autorisation d’un prestataire de soins de santé agréé ayant une connaissance des commotions cérébrales.

Quand mon enfant peut-il reprendre le sport après avoir subi une commotion cérébrale ?

Les enfants ne doivent reprendre le sport qu’après avoir été autorisés par leur prestataire de soins de santé. Cela signifie généralement qu’ils n’ont plus aucun symptôme, qu’ils ont suivi un processus de retour au jeu supervisé sans aucun symptôme et qu’ils participent pleinement à la vie scolaire.

Un retour précipité au sport ou à d’autres activités à risque avant une récupération complète peut exposer votre enfant à un risque de lésion cérébrale plus grave. Bien que très rare, le syndrome du second impact – un autre traumatisme crânien survenant avant la guérison de la commotion – peut entraîner des lésions cérébrales durables, voire la mort.

Comment puis-je contribuer à éviter que mon enfant ne subisse une commotion cérébrale ?

Pour prévenir les commotions cérébrales de votre enfant, contribuez à créer à qu’il soit prudent dans ses activités sportives.
Veillez à ce que votre enfant porte un casque pour les sports tels que le ski, le snowboard, le patinage sur glace, le skateboard, le vélo, la trottinette et le roller. Les casques ne préviennent pas les commotions cérébrales, mais ils sont très importants pour réduire le risque de fractures du crâne et de lésions cérébrales plus graves.
Encouragez votre enfant à se sentir à l’aise pour vous parler ou parler à son entraîneur s’il ne se sent pas bien en pratiquant un sport ou s’il présente un symptôme de commotion cérébrale. Un retrait rapide du jeu en cas de suspicion de commotion cérébrale peut réduire considérablement le risque de blessure plus grave et de récupération plus longue.